MAZOUT DE CHAUFFAGE ET CARBURANTS
Analyse des marchés
Stable
stable.png
Le pétrole stoppe (momentanément ?) sa hausse
Les cours du pétrole demeurent inchangés, l'impact de la forte baisse des réserves américaines se trouvant compensée par celui de la hausse de la production aux Etats-Unis.

L'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) a annoncé que les réserves commerciales de brut de la première économie au monde avaient baissé de 7,56 millions de barils lors de la semaine achevée, soit trois fois plus que ce qu'attendaient les analystes.

Une baisse des réserves américaines est interprétée comme un signe d'une plus forte demande aux Etats-Unis, ce qui fait en théorie monter les cours.

Mais ce n'est pas le cas actuellement car les marchés se focalisent sur la hausse de la production américaine, qui renforce les inquiétudes quant à la surabondance de l'offre, selon le groupe S&P Global Platts.

"Cette réaction du marché laisse penser que les courtiers sont allés au-delà des gros titres pour examiner dans le détail les informations du rapport de l'EIA, qui sont moins enthousiasmantes", indique Platts.

"Un aspect qui retient l'attention des marchés récemment est l'estimation hebdomadaire de l'EIA de la production américaine, qui a progressé cette année de façon constante", ajoute le groupe.

La production américaine a augmenté de 59.000 barils par jour la semaine dernière à 9,397 millions de barils, selon l'EIA. Depuis fin 2016, la hausse est de 627.000 barils. La production américaine est à son plus haut niveau depuis le 31 juillet 2015.

Cette augmentation contribue à réduire l'impact des baisses de production décidées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires -mais pas par les Etats-Unis- dans le but de lutter contre une offre largement surabondante qui a contribué à l'effondrement des prix.